Nous suivre – 19/02/2020

11/02/2020 << Newsletter 19/02/2020 >> 27/02/2020

Notre prochaine étape : lever des fonds pour construire l’orphelinat sur le terrain que vous avez financé ! Pour rendre cette étape possible, nous sommes en train de structurer de plus en plus le projet, aussi bien en termes de personnel que de finances.

En termes d’organisation sur place, depuis un moment déjà, nous avions besoin de bien marquer la différence en enfants qui se forment, et travailleurs sur place. Parce que même si le mode Peter Pan est fantastique et une harmonie incroyable se dégage du lieu et de ses habitants, gérer une porcherie, une école maternelle, un potager, le ménage, la cuisine… c’est formateur, mais ça prend du temps !

Nous avons décidé d’embaucher quelqu’un pour aider à faire la cuisine et le ménage. (50 000 kyats par mois, soit 40€ à peu près). Nous augmenterons son salaire dès que nous aurons un peu plus de moyens.

Aussi, avec l’arrivée du deuxième enfant de Mary, il est devenu d’autant plus évident que nous devions séparer ses dépenses familiales. Nous avons donc évalué leurs frais familiaux (Mary-directrice, Adam-assistant, leurs deux filles) et les avons transformés en salaires. Cela ne change quasiment rien à nos dépenses, mais c’est plus clair ! Et jusqu’à maintenant nous comptions Julia (la première fille de Mary) et Vivi (sa cousine) parmi les 26 enfants sur le projet, maintenant ils ne seront plus pris en charge par l’association, mais pleinement par Mary et Adam.

Toujours à propos de personnel, Peter, que certains d’entre-vous connaissent, rejoins d'autant plus le projet, en tant que professeur d’informatique et de musique. Il aidera aussi les enfants à réviser leurs cours. Pour le moment nous n’avons pas les moyens de le payer et il nous aide bénévolement. Comme c’est le cas d’un ami d’Adam, qui vient les samedis et les dimanches pour donner des cours de math aux aînés.

Du reste, ce besoin de structure et d’organisation touche aussi à un point très spécifique de notre projet : l’autosuffisance. Depuis le départ, il y a presque 10 ans maintenant, nous avons tenu à développer l’autosuffisance du projet, pour ne pas rendre la population locale dépendante. Un petit rappel (Adam, Hannah et Esther à l’époque !)

Mais aujourd’hui, la porcherie fonctionne bien et commence à dégager un revenu régulier (200€/mois), pourtant, elle soulève une question : vaut-il mieux que les enfants passent leur temps à étudier pour un avenir professionnel vaste, ou se focalise de plus en plus sur les projets sur place…

La réponse est évidente : les enfants ne devraient pas passer trop de temps à s’occuper de la porcherie, du jardin et de l’école maternelle. Nous choisissons donc la voie du milieu, en gardant ces projets et en continuant d’en développer de nouveaux, mais dans un esprit formateur pour les enfants, non dans une optique de financer l’orphelinat sur le long terme.

Et puisque nous sommes sur le sujet, sachez que nous avons eu de nouvelles naissances il y a peu, une belle douzaine de petits porcelets !

Dans la prochaine newsletter, nous discuterons d’autres évolutions qui ont eu lieu à l’orphelinat (internet et de nouveaux ordinateurs) et les répercussions sur nos parrainages !

11/02/2020 << Newsletter 19/02/2020 >> 27/02/2020